Bienvenue

Daniel MargueratJ’ai enseigné le Nouveau Testament à l’Université de Lausanne de 1984 à 2008. Je suis désormais professeur honoraire de cette Université.

Auparavant, j’avais été un pasteur heureux dans l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud. Ces deux lieux professionnels m’ont transmis deux convictions qui demeurent à la source de mon travail.

L’Université a aiguisé en moi une éthique du savoir: l’exégèse des textes bibliques est une discipline scientifique, dont les résultats doivent être prouvés plutôt qu’imposés; elle s’expose au débat et à la contestation, puisqu’aucune lecture ne peut se présenter comme l’unique commentaire pertinent du texte.
Mon existence de pasteur m’a convaincu que l’exégèse ne devait pas simplement expliquer le texte, mais conduire à le comprendre. Comprendre le texte, c’est discerner quelle conception de Dieu et de la condition humaine il porte au langage. Pour moi, l’exégèse doit aller jusqu’au discours théologique.

Daniel MargueratFormé à l’exégèse historico-critique en Suisse et en Allemagne, je me suis ouvert ensuite aux Etats-Unis à d’autres lectures : l’analyse narrative et l’analyse rhétorique.
Cela m’a fait quitter l’idée qu’un seul type de lecture rendait justice au texte, quel qu’il soit; c’est pourquoi j’en articule désormais plusieurs. Ma préférence va à l’articulation de l’analyse narrative et de la critique historique, et cette option méthodologique marque la majorité de mes travaux depuis 1993.

Mon oeuvre principale est l’écriture d’un commentaire sur les Actes des apôtres pour la collection « Commentaires du Nouveau Testament » (Labor et Fides, Genève). Le premier volume (Ac 1-12) est paru en mai 2007 ; le second (Ac 13-28) est prévu pour 2013.
A part cela, la question du Jésus de l’histoire et la construction de la théologie paulinienne continuent à m’intéresser. Sans compter l’iconographie biblique, qui occupe mes loisirs.
Mes hobbies? L’eau, la neige, les voyages, l’amitié.