J’aime qu’un plan se déroule sans accroc

Dernier jour du Spring Study Tour. Avec le journaliste David Harris, @physicsdavid, nous nous sommes exercés à mettre en place une stratégie pour nos institutions respectives. De manière systématique, nous avons mis en place une méthode: commencer par déterminer les buts de la communication. Dans l’ordre: les publics. Les messages. Les points de contacts déjà existants. Quel réseau social pourrait aider? Comment mesurer l’impact.

Tout cela semble évident, mais coucher sur papier quel message doit parvenir à quel public par quel canal n’est pas si simple dans une grande université.

Ce fut une matinée d’échanges. Ainsi, l’université du Lichtenstein a donné un prix au 500e like sur Facebook. Le 501e a râlé: le service de communication a dit, OK, soyez à 5h05 avec 5 potes à un endroit précis, et vous aurez un prix. L’opération a été photographiée, et mise en ligne. Un exemple de lien entre le virtuel et le réel.

Un conseil qui revient souvent: s’inscrire à tout ce qui sort. Ainsi, Pinterest était très à la mode mi-mars en Californie. Mais qu’est-ce que cela va devenir, mystère. Dans le doute, on s’inscrit, et on attend de voir ce qu’on peut en faire. Probablement, rien. Comme le dit Christian Simm, de swissnex, « social media is a lot about the unexpected ».

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.