27.08.18

Luigi di Maio lance le débat autour de la nationalisation des autoroutes, après le désastre du pont Morandi à Gênes. C’est un bon débat, mais je doute qu’une simple nationalisation soit une bonne solution pour l’Italie, si l’on pense au système clientéliste géré par les partis pendant les années 1950-1980.

Je pense au livre de Piero Gobetti (la rivolutione liberale, Torino: Einaudi) et à son concept de “ rivoluzione liberale mancata ».

Il n’y a jamais eu en Italie un parti authentiquement libéral, dans le sens d’une force politique arborant une foi dans la force de la concurrence et du marché ; un parti en mesure de créer des conditions cadre favorables à une concurrence économique et à réduire l’intervention de l’Etat dans le marché.

Chaque parti a toujours recherché le contrôle de l’Etat, pour distribuer le pouvoir par l’Etat selon une logique clientéliste. Cela a encouragé une politique orientée au pouvoir pour le pouvoir. L’Etat italien a donc le plus souvent été un instrument de pouvoir arbitraire ainsi que de distribution de faveurs et privilèges. En d’autres mots : si l’Etat italien nationalise les autoroutes, qui va contrôler l’Etat ?

Ce qui pose la question, si une véritable politique de gauche peut être appliquée dans un pays qui n’a jamais été vraiment libéral et dans lequel les infrastrucutres fonctionnent mal…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.